Formé chez Bocuse à Tokyo (la Brasserie), Eiji Doihara avoue un amour immodéré pour la cuisine française traditionnelle. D’où le nom de son bistrot Le Sot l’y Laisse qui rend hommage à l’une des parties délaissées du poulet rôti, et pourtant l’une des plus goûtues.