À la limite des 11e et 20e arrondissements, perdue dans une petite rue se cache sans aucun doute l’une des très bonnes adresses de Paris.

Forcément, dans les assiettes, c’est avec la même générosité et la même fougue qu’Eiji Doihara cuisine. Au menu du soir, une soupe de potimarron à la truffe, un fabuleux lapin à la royale (l’un des plats les plus compliqués qui soit et qui demande des heures et des heures de travail), du ris de veau poêlé, une sole meunière aux amandes, et en dessert une crème brûlée et un baba au rhum plus qu’arrosé par sa charmante épouse qui officie en salles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here